Bovines à l'affiche : oh la vache !

Décidément, la peau de vache est à la mode. Meuh non, on ne parle pas politique ! On parle cinéma. Car même si c'est un cheval - un Cheval de guerre, filmé par Spilberg....

Dernière mise à jour : 30/05/2012 à 13:21

Le film qui regarde les vaches
Le film qui regarde les vaches

Décidément, la peau de vache est à la mode. Meuh non, on ne parle pas politique ! On parle cinéma. Car même si c’est un cheval – un Cheval de guerre, filmé par Spilberg – qui truste le haut de l’affiche, un OVNI cinématographique de 65 minutes, Bovines, d’Emmanuel Gras, a réussit à “é-meuh-voir” la critique parisienne.

Est-ce un effet “salon de l’Agriculture” ? Bovines a, en tout cas, emballé Philippe Meyer, vendredi matin sur France Culture, qui salue un film sans commentaire, mais à la photographie soignée ; le film a même conquis le difficile Pierre Murat, de Télérama : “on voit des vaches, donc. Des vaches qui meuglent, qui mâchent, qui dorment. L’une d’elles a des cils aussi longs et beaux que ceux de Greta Garbo…
Dans Le Nouvel-Observateur, Marie-Elisabeth Rouchy met deux étoiles au film, constatant que “ce documentaire champêtre semble destiné à éveiller en nous des instincts (salutaires ?) de végétariens“. Quatre étoiles, en revanche, pour les Inrockuptibles : “le moindre détail de la vie au grand air prend un sens poétique et cosmique“.

Coup de corne

Un sérieux bémol est toutefois apporté à ces éloges en série par Laurent Delmas (On aura tout vu, France Inter) qui a écorné, samedi matin, ce film-documentaire, le trouvant sans intérêt, ennuyeux et mal filmé. En tout cas loin du travail de Raymond Depardon sur la ruralité… “Il faut se méfier des films concepts. Surtout lorsqu’ils ambitionnent de délivrer un message. C’est le travers dans lequel s’engouffre le jeune cinéaste qui, en filmant des vaches aux prés et de près, sans commentaire, veut nous sensibiliser au sort (cruel) de ces bovidés“, écrit enfin L’Express.

Que de critiques, tout de même, pour un film qui aurait pu passer inaperçu et dont la sortie en salle n’était pas si évidente, tant le pari est audacieux.

Synopsis

Dans les champs, on les voit, étendues dans l’herbe ou broutant paisiblement. Grosses bêtes placides que l’on croit connaître parce que ce sont des animaux d’élevage. Lions, gorilles, ours ont toute notre attention, mais a-t-on jamais vraiment regardé des vaches ? S’est-ont demandé ce qu’elles faisaient de leurs journées ? Que font-elles quand un orage passe ? Lorsque le soleil revient ? A quoi pensent-elles lorsqu’elles se tiennent immobiles, semblant contempler le vide ? Mais, au fait, pensent-elles ? Au rythme de l’animal, au milieu d’un troupeau, “Bovines” raconte la vie des vaches, la vraie.

Bien entendu, cette histoire de vaches a été tournée en Normandie. Et arrive à point nommé, en plein débat sur le halal, pour rappeler que les vaches ne sont pas que de la viande…

Au final, sans vouloir jouer de muflerie, osons pour notre part une critique… sur le casting. On se demande en effet qui a choisi des charolaises, alors que la normande, quand même, a un autre caractère ! Peut-être pas assez docile, d’ailleurs, tant pour faire les choux gras de l’industrie laitière que… que ceux de l’industrie  cinématographique.

Bovines est visible cette semaine au cinéma Omnia République de Rouen, 28, rue de la République. Séance ce soir à 20h30 en présence du réalisateur, Emmanuel Gras.

Voir la bande annonce : cliquez ici.


bovines-3.jpgbovine-2.jpg

Votre opinion

Des projets de mise en place de la vidéo-surveillance existent à Gournay, Ferrières ou encore Forges. Etes-vous pour ou contre ?

Voir le résultat

Chargement ... Chargement ...

À Feuilleter

Une Habitat Printemps 2014
Les archives